CHICAGO – Now : Chicago XXXVI

Quarante-sept ans de carrière, aucun concert manqué et près d’une centaine de dates par an (oui, c’est énorme). Un groupe à la réputation scénique impeccable et à la discographie aussi riche qu’intemporelle (« Along Comes A Woman », « Hard To Say I’m Sorry »), un vrai pilier du rock américain avec plus de 100 millions d’albums vendus à travers le monde.

En tant que fan c’est donc avec un plaisir non dissimulé que j’ai appris la sortie prochaine de « Now : Chicago XXXVI », 23ème album studio et 36ème production du big band du rock.

chicagoban

Sorti le 04/07/2014, sur Chicago Records II

Tracklist :

1. Now
2. More Will Be Revealed
3. America
4. Crazy Happy
5. Free at Last
6. Love Lives On
7. Something’s Coming, I Know
8. Watching All the Colors
9. Nice Girl
10. Naked in the Garden of Allah
11. Another Trippy Day

Line-up :

Robert Lamm
Walter Parazaider
Lee Loughnane
James Pankow
Jason Scheff
Keith Howland
Tris Imboden
Lou Pardini
Walfredo Reyes, Jr.
(non exhaustif)

CHICAGO. Une ville, une comédie musicale, un film, mais surtout : un groupe de référence.

En plus d’être le premier album original du groupe depuis 2008 et l’étonnant « Chicago XXXII : Stone Of Sisyphus », il s’agit également du premier album enregistré entièrement sur la route et en numérique à l’aide d’un système que le groupe appelle « The Rig ». Et le moins que l’on puisse dire c’est que le résultat final est à la hauteur de nos espérances.

Car n’ayant plus rien à prouver à personne d’autre qu’à lui-même, le collectif formé par les 9 membres propose ici une collection de morceaux constituant une porte d’entrée parfaite dans le rock and roll jazzy. Dès les premières notes de « Now », et ses cuivres délicats, on est transportés dans un univers élégant et raffiné ou se mêlent autant d’univers que de membres et d’instruments. Car si avec 9 membres, n’importe quel groupe galérerait à maintenir un équilibre, ici chacun a son mot à dire. Les cuivres sont évidemment l’élément le plus reconnaissable mais les claviers, qui ont servis toutes les ballades des années 80, sont là, les arrangements guitare/basse sont plus modernes que jamais, les percussions infusent une rythmique insidieusement entrainante et les voix…

Trois chanteurs se partagent le micro et sont tous tellement parfaits dans leurs rôles respectifs qu’ils arrivent à marquer de leur empreinte chacune des chansons proposées, et, lorsqu’elles se mêlent dans des chœurs aussi sympathiques que parfois kitsch (« nice girl wouhou… ») c’est l’apothéose pour le public qui s’y met lui aussi.

En plus de tout ça, on sent dans ce groupe un plaisir presque juvénile de jouer ensemble, à tel point que cette sortie est un véritable « feel-good album » dont on ressort systématiquement avec le sourire, énergisé pour la journée. C’est ce plaisir et cet amour qui rendent l’écoute aussi légère que rapide, tout file et l’on se surprend à danser en rythme à peu près tous les deux accords (« More Will Be Revealed » est incontestablement un tube en puissance). Mais par-dessus tout, l’auditeur se voit offrir également un grand moment de détente, voire même de désinvolture. Ce 36ème album est idéal pour profiter doucement de la chaleur de l’été.

D’ailleurs, côté chaleur, là où les productions numériques actuelles sont souvent décriées car trop froides et impersonnelles, CHICAGO réussit le tour de force de proposer un son vraiment organique et sémillant. On a parfois l’impression d’entendre les musiciens sur scène (je me suis vraiment attendu à des applaudissements à la fin de chaque morceau) livrant un de ces concerts dont ils ont le secret. C’est ce côté humain qui renforce ainsi l’accessibilité du groupe, en ouvrant continuellement sa musique. Et si tout cela ne suffisait pas, CHICAGO revient à ses origines en diffusant des textes forts et engagés, notamment sur le magnifiquement arabisant « Naked In The Garden Of Allah » véritable hymne progressif à la paix, preuve que l’on peut encore trouver de grandes paroles dans le rock.

Malheureusement « Now : Chicago XXXVI » souffre d’une richesse trop inégale et certains longueurs apparaissent au fur et à mesure des écoutes notamment « America », parfois un peu trop répétitif pour votre serviteur, ou « Another Trippy Day » qui, malgré ses qualités, peine à clore l’album sur une note particulièrement mémorable.

Bien loin de se reposer sur ses lauriers, CHICAGO nous offre donc une nouvelle friandise résumant parfaitement toute sa carrière : élégant, entrainant, classieux, accessible et subtil. Un 23eme album studio de qualité, qui, s’il ne révolutionne pas la musique du groupe, démontre qu’ils ont encore de beaux jours devant eux et saura contenter les fans de toujours autant que les nouveaux arrivants.

GUS.

27 juillet 2014 Articles BLOG Webzine , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *