GOTHIC DARKWAVE FESTIVAL – Epic Fail Of The Millenium

Ces dernières années, les festivals metal ont gagné une certaine notoriété en France grâce à la machine qu’est devenue le Hellfest (j’ai vu un article sur le Motocultor dans Le Monde, c’est vous dire). En revanche, certaines ramifications du rock manquent encore clairement de visibilité et d’évènements dédiés, notamment toute la culture goth/dark wave/cold wave. C’est dans ce contexte que les 19 et 20 aout 2017, s’est tenu au château de Tilloloy le « premier festival gothique en France » : le Gothic Dark Wave Festival, dont les premières annonces pouvaient faire saliver les aficionados.

Autant vous prévenir tout de suite nous n’y étions pas. Dès lors, pourquoi vous en parler ? Parce que par un heureux (?) hasard, nous avons été alertés par certaines connaissances de ce qui se déroulait sur le site et qu’après avoir suivi toute l’histoire, on s’est dit qu’il fallait partager ça. Récit d’un naufrage tellement incroyable, que même dans un film ça ne passerait pas (sauf si il est réalisé par James Cameron). Attention, ça va trancher.

Chapitre I – Naissance, programmation et effets de style.

Ca démarre plutôt bien avec, le 09 Février 2017, l’apparition sur Facebook d’un événement « Gothic Dark Wave Festival », au nom évocateur et à la programmation fournie puisque le jour même sont annoncés 22 groupes (11 par jour) venus du monde entier.

Et pour le coup, ça a l’air solide puisque les groupes sont les suivants : AUTOPSIE D’UNE OMBRE, HAPAX, GROUND NERO, HONEYMOON COWBOYS (ex-SIGLO XX), THE ARCH, RABBIT AT WAR, ASTARI NITE, GRAUSAME TÖCHTER, EDEN WEINT IM GRAB, THE BEAUTY OF GEMINA, DIARY OF DREAMS pour le samedi et KIRSTEN MORRISON, STORY OFF, INERTIA, NU:N ,DER KLINKE ,THE LAST DAYS OF JESUS, WULFBAND, DAS FLUFF, DAS ICH, RABIA SORDA, PYROHEX  pour le dimanche.

(NOTE : depuis la rédaction de cet article, le post en question, daté du 09 février à 17h32 a été supprimé de la page Facebook de l’évènement).

Sauf que 25 minutes plus tard, sans que le post originel ne soit modifié, amendé ou même tout simplement effacté : une autre affiche est publiée, avec pas moins de 12 changements (soit plus de la moitié de l’affiche) dont la présence de THE 69 EYES et DIE KRUPPS, qui rendent tout de suite la chose plus attrayante. Mais d’où vient ce changement, et surtout : pourquoi ne pas avoir supprimé le post original ? Et puis j’ai du mal à assimiler DIE KRUPPS à la dark wave gothique, mais pourquoi pas.

Le 23 Février, l’organisation du festival annonce que la fondation Sophie Lancaster (du nom d’une jeune gothique anglaise assassinée en 2007 à cause de son look) sera marraine de la manifestation.

5 Mars. Le festival se dévoile concrètement, puisqu’en plus des groupes, sont annoncés : une scène ouverte, des stands de merchandising, une convention tatouage (pardon tattoo) gothique, des conférences, une projection de film, des disquaires, des libraires et éditeurs ainsi que toutes les infrastructures attendues pour ce genre d’évènements.

14 mars. On annonce plus de 30 tatoueurs et 10 stands piercing, ouverts de 11h00 à 23h00. Ce qui commence à faire quand même vraiment beaucoup pour un festival avant tout centré sur la musique.

Et ça ne va pas aller en s’arrangeant.

Chapitre II : Un démarrage tout en communication.

Ca continue.

06 Avril. Un article dans le Courrier Picard, présente l’évènement comme « un festival de musique gothique et une convention tatoo hors normes ». François-Xavier Legleye, présenté comme l’organisateur du festival, y explique :

« Il n’y a jamais eu de rendez-vous de cette ampleur en France. Nous attendons au moins 4 000 spectateurs. Mais l’engouement que nous constatons depuis le début de la vente des places nous permet d’espérer beaucoup plus. Des Espagnols, des Portugais, des Anglais ont déjà acheté leurs billets. En plus d’une programmation exceptionnelle, nous proposons une convention tattoo gothique regroupant 30 tatoueurs, ce qui est aussi un événement en soi. »

Et de justifier la localisation du lieu : « Tilloloy est idéalement situé à proximité de Lille, de Paris, des grands axes routiers et des aéroports. »

Sauf que sur la page facebook on parle d’une heure à une heure trente de trajet entre les aéroports, les grandes villes et le site du fest. Ce qui n’est pas vraiment « proche », mais admettons.

Par ailleurs, on peut légitimement se poser la question : pourquoi se disperser entre l’événement tattoo et la musique ? Pourquoi ne pas se concentrer sur l’un ou l’autre quitte à avoir quelques concerts à une convention de tatouage ou des tatoueurs en festivals, mais en guise d’à-côté ? Mais pourquoi pas. Surtout que l’homme connaît visiblement bien son public :

« Les gothiques écoutent du gros son, certes, mais ils sont fleur bleue. Ils sont les nouveaux romantiques. Ce sont des rêveurs qui évoluent dans un autre monde. Leur style vestimentaire le montre bien. Ils se créent des personnages, dont ils endossent les attributs visuels. L’image et le monde imaginaire sont très importants pour eux. Alors ce château étonnant, c’est un décor de rêve, un écrin hors normes »

Outre le fait que le style New Romantic est un courant totalement différent du courant dark wave (cf. SPANDAU BALLET), on est la clairement dans une vision Disney des gothiques, ou finalement tout le monde est sapé juste pour vivre des jolies histoires d’amour dans des châteaux de princesses (mortes, forcément). J’ai demandé, y’en a aussi.

Quelques noms sont également confirmés, avec une vocation hétéroclite qui augure quand même un volet musical plutôt agréable.

Sauf qu’en plus de toute ça (et d’une statistique disons « discutable » sur 20% des jeunes tatoués) l’organisateur annonce également : « des animations médiévales. Pour l’heure, tout n’est pas fixé, mais avec un espace disponible de deux hectares, nos perspectives sont nombreuses : bateleurs, artisans, chevaliers… »

Wait…what ?

Chapitre III – C’est un peu trop calme…

Après ces effets d’annonce, la communication se fait plus calme, entre posts clichés et risibles au possibles et répétitions des annonces de certains groupes, pour bien marquer le coup. Pourtant comme régulièrement, le diable se cache dans les détails.

Le 20 mars, l’annonce est faite que 500 billets « early birds » à 53€ au lieu de 59€, sont remis en vente à cause de leur succès. J’ai eu beau chercher, je ne connais pas un seul festival qui remet en vente des billets moins chers après que les premières vagues ait été vendues.

Dans un post du 10 avril, on a droit à un petit « historique » de la culture goth pour « les gens qui pensent que la culture Gothique est née avec Manson, Tokio Hotel et les reportages du 13h00 de Pernaut sur TF1 (rigolez pas, il y en a qui pensent réellement cela) ». Ce qui je pense sera très utile aux gothiques qui n’y connaissent rien et souhaitent quand même se rendre dans un festival célébrant leur culture.

Deux jours plus tard est réitérée la mention d’une « gothic tattoo convention » ayant lieu en parallèle du festival musical (on est passé d’un seul évènement à deux en parallèle) alors que FXL annonce attendre 2000 à 3000 visiteurs par jour et qu’on continue avec l’imagerie cliché qui correspond exactement à ce que les reportages de Pernaut présentent comme la culture gothique, le tout ponctué de « So Goth and Dark ! » et autres joyeusetés qui font gothique à mort.

Aucune communication n’est faite sur le plan des lieux, les horaires de passage, le détail précis des activités avancées dans l’interview du 06 avril. Aucune mention des animations médiévales, et jusqu’à juillet tout semble plutôt calme. A part pour préciser que la société XXL gérera la partie son et lumière du festival.

En toute discrétion, SHE PAST AWAY annule sa venue sans qu’aucune mention n’en soit faite nulle part sauf dans un commentaire sur leur page facebook, daté du 22 juin.

Beaucoup moins discrètement COMBAT VOICE explique annuler sa venue, parce que l’organisation fait preuve d’un grand manque de professionnalisme et que « M. Francois Xavier Legleye est un menteur et un escroc ».

Ces annulations n’ont jamais été annoncées par le festival. Pire, sur les flyers et les affiches distribués et collées début juillet, un nouveau line up apparait, sans qu’il en soit fait mention ailleurs.

Et c’est là que ça démarre vraiment.

Chapitre IV – Odeur persistante de conifère.

22 juillet. Coup de tonnerre : THE 69 EYES, tête d’affiche, annule sa venue au festival, suite à une « importante rupture de contrat ». De même pour DIE KRUPPS qui annule le 30 juillet, pour les mêmes raisons. En une semaine, le festival perd ses deux têtes d’affiche à moins d’un mois de son ouverture.

Les annulations se multiplient : le 25 juillet, SOROR DOLOROSA annule pour « mauvais feeling avec l’organisation » et THE DEVIL AND THE UNIVERSE annonce dans la foulée une « rupture de contrat » ; le 28 c’est THIS MORN’OMINA qui se désiste pour la même raison. DAGEIST, explique avoir été « évincés et remplacés du [de son] festival Gothique sans aucune raison valable. Nous n’avons reçu aucuns courriers ou autres justifiant cet acte !!! Il en a fait de même avec d’autres groupes qui s’étaient rendu compte de sa malhonnêteté. »

Quant à SYGO CRIES, ils expliquent ne pas savoir pourquoi ils ont été retirés de l’affiche malgré la signature d’un contrat.

En plus des annulations visibles, PSYCHE a disparu de l’affiche, sans qu’aucune information ne soit transmise.

Sur les 22 groupes annoncés, c’est donc 10 d’entre eux qui changent par magie à moins de trois semaines de l’évènement.

Dans un article daté du 03 Aout, Francois-Xavier Legleye se défend « Nous avons envoyé un acompte de 3 500 euros à l’un de ces groupes. C’était un acompte. Or, leur booker nous a demandé davantage d’argent bien avant le festival. Nous ne travaillons pas comme ça  ». Par ailleurs, il justifie l’exclusion de 8 groupes par le fait que « ils étaient reliés à une agence de booking qui n’avait pas de licence de spectacle ». Effectivement, l’important c’est de s’en rendre compte.

En outre, il explique être victime de harcèlement : « Je ne sais pas qui vous a dit ça, mais j’ai vu que certains groupes, qui ne viendront pas au festival, ont craché sur cet événement sur les réseaux sociaux, pour se mettre en avant. C’est de la jalousie. » mais surtout, il estime qu’on veut avant tout lui mettre des bâtons dans les roues : « C’est une première édition. Certains ne veulent pas que ça se fasse. Ils rêvent de nous voir échouer. Qu’ils restent à leur place ».

L’article précise également que la fondation Sophie Lancaster ne participe pas non plus à l’évènement. Mais qu’elle « sera là l’année prochaine ». Merci FX, c’est sympa de prévenir !

Chapitre V : Redingote de sapin pour festival

Pour ceux qui espéraient encore, les animations médiévales sont définitivement oubliées au profit d’une exposition de motos/voitures sortie d’on ne sait où mais qui n’aura pas lieu parce que « la préfecture a souhaité qu’on évite d’exposer des véhicules, pour des questions de sécurité ». Dommage, j’aime bien les voitures.

Mais rassurez-vous, la convention de tatouage (qui apparemment se dit uniquement « tattoo convention » dans le jargon gothique) aura bien lieu avec… 12 tatoueurs et pierceurs en lieu et place des 30 annoncés au mois de Mars. Moins on est de fous, plus on encre ?

Au final, l’affiche annoncée est la suivante :

Samedi:  AUTOPSIE D’UNE OMBRE, HAPAX, GROUND NERO, HONEYMOON COWBOYS (ex-SIGLO XX), THE ARCH, RABBIT AT WAR, ASTARI NITE, GRAUSAME TÖCHTER, EDEN WEINT IM GRAB, THE BEAUTY OF GEMINA, DIARY OF DREAMS

Dimanche : KIRSTEN MORRISON, STORY OFF, INERTIA, NU:N ,DER KLINKE, THE LAST DAYS OF JESUS, WULFBAND, DAS FLUFF, DAS ICH, RABIA SORDA, PYROHEX.

Les plus habiles d’entre vous auront remarqué qu’il s’agit de la même affiche que sur le post perdu mentionné plus haut. Sachant que Facebook permet d’antidater des posts dès lors qu’on est administrateur d’une page, impossible de savoir ce qu’il en est réellement. S’agissait-il de la première affiche voulue, et tous les problèmes rencontrés le furent pour obtenir cette affiche ? Où bien s’agit-il d’une tentative désespérée de camoufler des errements et une incompétence crasse ? Je vous laisse seuls juges. Toutefois, comme beaucoup de chose dans cette histoire, ça sent le sapin.

Coté billets, 1000 préventes sont déjà annoncées. Dès lors, comment expliquer l’opération « 1 billet acheté, 1 billet offert » proposée sur le site dès le 19 juillet et maintenue jusqu’au 13 Aout ?

Peut-être par le fait que le 12 aout, WULFBAND annule sa venue, que le 15 c’est THE LAST DAY OF JESUS qui parle de « problème d’organisation » et que le 17 les anglais de PYROHEX se retirent de l’évènement en expliquant : « l’évènement n’a jamais été confirmé de notre côté et ils n’ont jamais eu la permission de faire la promotion de notre participation. Nos délais d’organisation sont dépassés et nous ne pouvons plus accepter de participer  ».

A noter que le 22 aout, leurs noms sont toujours affichés sur le site du festival.

Finalement ça sent aussi les pissenlits ce machin.

Chapitre VI – I’m a poor lonseome gothique

Après un énième rebondissement qui implique une commission de sécurité qui, le vendredi 18, visite le site du festival et constate des manquements à l’organisation puis décide de se réunir le samedi, jour d’ouverture du festival pour décider d’autoriser ou pas sa tenue, c’est GRAUSAME TOCHTER qui annule sa venue à cause de « problèmes avec l’organisation ». RABBIT AT WAR fera également défection, mais là c’est parce que le chanteur est malade.

Finalement, la commission donnera un avis favorable et les portes du Gothic Dark Wave Festival s’ouvrent sur une affiche de 17 groupes au lieu des 22 prévus.

A 11h, d’après certains spectateurs, il n’y a encore personne. Qu’à cela ne tienne, le premier concert est prévu à 12h30. Il débutera seulement à 13h30 devant… au mieux 300 personnes selon le courrier picard, moins de 100 selon France 3 Picardie. Largement en deçà, nous explique le Courrier Picard dans son article du 20 aout, des 750 préventes annoncées par FX. Oui, 750, la ou il en annonçait 1000 dans l’article du 03 Aout, mais bon les chiffres c’est pas important non plus… Pourtant, dans ce même article, l’organisateur reste droit dans ses bottes « Non, je n’ai pas vu trop gros. Ce genre d’événement ne peut se faire dans une salle de bal » et parle même déjà de l’édition 2018.

Les photos aux légendes ironiques fleurissent sur les réseaux sociaux, avec des « c’est la fête » pour des grandes pelouses vides. Les commentaires sur les posts du festival sont systématiquement retirés.

Des informations parviennent petit à petit : l’entreprise qui devait assurer les navettes entre les gares et le site n’a pas été payée. Il n’y a donc pas de bus pour transporter les spectateurs (qui sait combien ont du rentrer chez eux après des heures passées dans la gare à attendre ?). De nouveau, aucune mention de ces problèmes de navettes de la part du festival.

16h00. Toujours personne, alors que  le planning continue de prendre du retard : HONEYMOON COWBOYS prévu initialement de 17h à 18h terminera son set à 19h.

Le line up n’affiche plus que 8 groupes (et THE DIARY OF DREAMS au lieu de juste DIARY OF DREAMS, mais on n’est plus à ça prêt).

Avant 20h, le parking est à 95% vide, bon nombre de spectateurs n’ayant même pas réussi à tenir la journée.

Pendant ce temps, à l'entrée du festival...

Les tatoueurs, restaurateurs et commerçants sont furieux, une source nous précisera que c’était 500 € l’emplacement pour un food truck pour une recette totale de 185 € (le montant des denrées perdues ne nous a pas été communiqué). Sur les 20 commerçants présents, 19 déposeront plainte dès le lendemain pour abus de confiance.

Sur Facebook un groupe se monte pour « le remboursement du festival Gothic Dark Wave de Tilloloy ». La journée se termine avec DIARY OF DREAMS qui se produit devant un public maigrelet mais qui donnera quand même une prestation appréciée par les plus courageux.

Bref, cette première journée est un fiasco total. La seule vraie question : pouvait-on faire encore moins bien ?

Chapitre Final : Bien sûr que oui.

Forcément quand le 19 aout à 23h44, DAS ICH annule sa venue toujours pour les même raisons que celles avancées par les autres groupes, on n’est pas surpris. Quand RABIA SORDIA annonce qu’ils ne sont pas sûrs de pouvoir jouer, on a du mal à y croire. Quand le Courrier Picard se fait refouler à l’entrée, on hausse les épaules (parce que vu le degré de suppression des commentaires facebook, c’est logique).

Par contre, on admire la persévérance de certain(e)s à rester le deuxième jour. Car malgré une programmation à 7 groupes, il reste quelques irréductibles, pas plus de 50 personnes d’après les photos.

Dès le matin, plus d’accueil sur le parking, à partir de 15h00 les différents restaurateurs comment à remballer et à 17h, il ne reste plus que le bar et la friterie (parce que tant que y’a des frites, y’a de l’espoir).

Dans l’après-midi le groupe N:UN ne peut pas monter sur scène, la rumeur parle de matériel qui aurait dû être fourni par l’organisation mais qui n’est jamais sorti de son camion faute de paiement. Une autre rumeur après le concert de DER KLINKE prétend que le festival est annulé à cause d’un chèque en bois fait à la régie.

Comme l’univers a décidé de continuer sur sa lancée, en plein milieu du concert de DAS FLUFF, c’est une coupure de courant qui interrompt les réjouissances… suivi 10 minutes plus tard d’une deuxième coupure de courant, durant le même set, qui durera 30 minutes. Finalement la panne sera attribuée à « une panne d’essence du groupe électrogène » par plusieurs sources.

Alors que le concert se termine, c’est au tour de l’éclairage du bar de lacher, par manque d’essence. Lorsqu’un générateur de secours est trouvé, il dure exactement 30 minutes.

RABIA SORDA se produit finalement mais le concert est émaillé de problèmes techniques liés à l’équipement sans fil du guitariste (qui saute plusieurs fois durant les premiers morceaux). Finalement, après eux, N:UN peut monter sur scène… Sauf que les spectateurs n’en savent rien et que tout le monde s’est déjà barré.

Pourtant, malgré tout ça, François-Xavier Legleye parle toujours d’une édition 2018 (à laquelle il convie même N:UN le bougre).

Dès la fin du festival, les annonces de non-paiements se multiplient : le gite qui accueillait les groupes et le staff, le prestataire sono, la backline, les navettes, le groupe INERTIA… Et même le château !  Au final seuls 14 groupes (8 le samedi, 6 le dimanche) se seront produits devant un parterre vide.

Une seconde journée qui clôture donc cette manifestation de la plus adéquate des manières.

EPILOGUE

Que retenir du Gothic Dark Wave Festival ? En apparence rien, en profondeur tout.

Si vous souhaitez vous lancer dans la création de festival, vous trouverez dans ce dossier tout ce qu’il ne faut pas faire, tant vis à vis des groupes que du public.

Si vous êtes un groupe qui est amené à se produire dans un festival, voilà le genre d’organisation à éviter.

Si vous êtes un spectateur, voilà les détails auxquels il faut faire attention si vous souhaitez vous rendre à un festival qui vient de naître.

Mais l’histoire n’est visiblement pas terminée et soyez assurés que nous vous tiendrons informés des moindres rebondissements de l’affaire, parce que nous savons que vous voulez savoir ce qu’il se passera dans le prochain épisode.

Allez, on se revoit pour l’édition 2018 pour un vrai festival gothique!

Cathédrale Notre-Dame de Chartres (1194-1220, Gothique Classique)

SOURCES

Article Le Courrier Picard du 06/04/2017 – http://www.courrier-picard.fr/22118/article/2017-04-06/les-fans-de-gothique-et-de-tatouage-attendus-tilloloy

Article Le Courrier Picard du 03/08/2017 – http://www.courrier-picard.fr/47636/article/2017-08-03/lorganisateur-du-gothic-dark-wave-festival-tilloloy-denonce-certains-veulent

Article Le Courrier Picard du 19/08/2017 – http://www.courrier-picard.fr/50838/article/2017-08-19/premiere-journee-fiasco-pour-le-gothique-festival-de-tilloloy

JT France 3 Picardie du 19/08/2017

Line up du festival – http://www.gdwfestival.com/line-up.html

Pages facebook de l’événement et des groupes mentionnés.

Crédit photo : Nathalie MONTALEGRE

27 août 2017 Articles Festivals Live Reports What the F***! , , , , , , , , ,

2 Responses to “GOTHIC DARKWAVE FESTIVAL – Epic Fail Of The Millenium”

  1. Indus dit :

    Pour information, la photographie de l’affiche avec l’ancien line-up (avec tous les groupes annulés) du GDW a été prise à l’entrée piéton du festival et était toujours collée le weekend de l’événement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *