Rencontre avec THE TREATMENT – Dhani et Rick, le bassiste.

A l’écoute du second album de THE TREATMENT, « Running With The Dogs », sorti lundi 3 février 2014, on s’imagine tout de suite un groupe de quarantenaires habillés de cuir et de clous, à la MÖTLEY CRÜE. Avec leur riffs dynamiques et leur voix haut placée dans la plus grande tradition hard rock 70’s/80’s, THE TREATMENT n’a rien à envier aux plus grands, qui ont d’ailleurs très vite reconnu leur talent. Groupe fondé en 2008 par le batteur, alors âgé de 15 ans (!!), Dhani, dont le père est un vieux briscard de la musique (producteur, manager, song writer…), THE TREATMENT a fini 2013 en tournant avec AIRBOURNE en Angleterre, après avoir ouvert les concerts pour KISS et MÖTLEY CRÜE pendant leur dernière tournée américaine… oui, rien que ça !

Petits mais costauds, THE TREATMENT nous prouvent que la valeur n’attend décidément pas le nombre des années !

Extraits.

The Treatment627tag
The Treatment-Running With The Dogs

« On vit tous ensemble et on est constamment en train d’écrire, de composer, d’enregistrer, ou de faire quelque chose pour plus tard. »

Écouter l’interview dans son intégralité

Leeloo : THE TREATMENT, Bonjour ! Je ne sais pas si vous parlez français, mais bon… Pouvez-vous vous présenter pour nos auditeurs qui ne vous connaissent pas ?

Rick : … Bonjour ! Non, Bonjour c’est tout ! Bien sûr ! Nous sommes un groupe de hard rock qui envoie, plein d’énergie. Nous venons de Cambrige en Angleterre. Nous avons tous en moyenne 20 ans. Et si vous ne nous avez pas encore écouté, faites-le ! Hum, on aime la France ! (rires) Je sais plus quoi ajouter là…!

Leeloo : Ça ira, ça ira ! Comment le groupe a commencé ? J’ai lu que ça remontait à 2008…

Dhani : Oui. Je suis allé voir mon père, qui est producteur et qui a joué dans des groupes par le passé, et je lui ai demandé s’il voulait bien m’aider à monter un groupe. Il était d’accord, alors on a commencé à faire passer des auditions et j’ai trouvé Rick, et puis ça a été assez rapide par la suite. Rick connaissait Tag et Ben le guitariste et puis on a fini par trouver Matt sur myspace. A partir de là, on a commencé à jouer, à composer. On était tous attirés par le même genre de musique, le “Classic Rock”, AC/DC, les choses comme ça. Et on a fini par trouver notre son à partir de là.

Rick : Au début où nous jouions ensemble, on testait des sons différents, on faisait des reprises… On se demandait quel type de son allait nous convenir. Mais à chaque fois qu’on jouait des morceaux dans la veine “Classic Rock”, on se disait, ouais, ça c’est nous !

« Ouais et au même concert STEEL PANTHER étaient aussi au premier rang, et connaissaient toutes nos chansons, c’était plutôt fou ! »

Leeloo : Pouvez-vous nous expliquer la signification du nom du groupe, THE TREATMENT (Le Traitement en français, NDLR) ? Vous considérez-vous comme un traitement contre une maladie ?

Dhani : En fait, il n’y a pas vraiment de véritable signification à notre nom. C’était juste un nom qui nous plaisait et on s’est dit que ça marquerait les esprits, qu’il serait facile à retenir.

Rick : Depuis, c’est un peu “ouais, on est un traitement contre la musique moderne de merde” ou je sais pas quoi, mais en fait, c’était pas du tout notre intention à la base !

Dhani : Les jeux de mots sont venus après le nom ! Maintenant, on joue un peu sur le thème “médical”, par exemple, avec la chanson “The Doctor”. Mais à la base, on s’est juste dit que le nom était assez original et que les gens s’en souviendraient !

Leeloo : “Running With The Dog” est votre 2ème album, comment l’avez-vous écrit ? Pendant vos tournées, en studio ? Qui écrit quoi dans le groupe ?

Dhani : En général, on fait tout ensemble. L’un de nous a une idée, on l’enregistre et on ajoute des choses, comme des idées de voix etc., jusqu’à ce que ça prenne forme. On se nourrit des idées des uns et des autres jusqu’à arriver à un certain niveau, où là, on va voir notre manager, qui est aussi notre producteur et qui est aussi mon père, et on lui demande des conseils, ce qui pourrait être amélioré, quels arrangements on pourrait faire… Au final, c’est un véritable effort de groupe entre nous cinq et mon père. Ce qu’on a tendance à faire, c’est de toujours prévoir à l’avance, par exemple, on a déja commencé à travailler sur le troisième album. On vit tous ensemble et on est constamment en train d’écrire, de composer, d’enregistrer, ou de faire quelque chose pour plus tard.

Rick : Carrément, oui. Beaucoup de chanson de “Running With The Dogs” avaient en fait été composées il y a un moment. On en avait même testé quelques-unes sur scène pendant la tournée avec KISS et MÖTLEY CRÜE, ce qui a été super en plus. Évidemment, être en tournée te donne des idées et des expériences que tu n’aurais pas autrement et quelques-unes ressortent dans nos albums. Mais en général, comme dit Dhani, on a toujours de nouvelles idées, par exemple, on a déjà des idées pour trois ou quatre morceaux du troisième album alors que le second n’est même pas encore sorti ! On aime que ça avance !

Leeloo : Quelle est la chose la plus folle que vous ayez vue depuis la scène (nichons,..) ?

Rick : Des filles qui montrent leurs seins, évidemment, c’est génial, mais pas si fou, même si c’est très agréable.

Dhani : On a eu Nicolas Cage dans un de nos concerts !

Rick : Ah oui, Nicolas Cage, l’acteur !

Dhani : Ouais, il était tout devant à l’un de nos concerts, c’était à Vegas, pendant la tournée avec KISS et MÖTLEY CRÜE, c’est ça ?

Rick : Ouais et au même concert STEEL PANTHER étaient aussi au premier rang, et connaissaient toutes nos chansons, c’était plutôt fou !

Dhani : Oui et ils nous ont fait monter sur scène ! C’était au complexe du Mandalay Bay à Vegas, où il y a la salle principale et aussi, juste à côté la salle House of Blues, et ils y jouaient aussi et du coup, nous ont fait monter sur scène !

Rick : Un jour aussi, un mec m’a envoyé ses tongs sur scène. C’était…intéressant. […] et d’autres choses aussi. Je ne sais pas quelle est la chose la plus folle qu’on ait vue. On a eu les habituels nichons et les choses bizarres qui nous sont jetées sur scène mais je dirais quand même, qu’à ce jour, Nicolas Cage au premier rang l’emporte sur le reste !

Totalité de l’interview dans le podcast.

22 janvier 2014 Interviews , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *