HOLY CROSS – Place Your Bets

Il existe deux réalités dans ce monde qui sont profondément opposées. La première c’est celle que la première impression est la seule qui compte et la seconde c’est que l’habit ne fait pas le moine. Du coup ça fait un moment que je cherche quelqu’un pour m’expliquer ce paradoxe à la c** et pour me dire quelle est, parmi ces deux assertions, celle qui est la plus pertinente.

Je n’ai pas trouvé la personne adéquate pour l’instant, mais à l’écoute de ce deuxième album de HOLY CROSS j’ai un élément de réponse.

holycrossban

Sorti le 25/10/2013 sur Pure Steele Records

Tracklist :

1.Bad Day (In The Best Of Both Worlds)
2.Place Your Bets
3.Last Chance
4.Break Your Chains
5.Realm Of Madness
6.From Past To Dust
7.Inner Jail
8.Unleash The Cross
9.Higher & Higher

Line-up :

Mickaël Champon (Chant)
Adrien « Black Diamond » Liborio (Guitare, chant)
Loïc Chalindar (Guitare)
Bertrand Carrot (Basse)
Thomas Chalindar (Batterie)

Liens Utiles :

Les visiteurs du passé.

Parce que si vous écoutez simplement le premier morceau de « Place Your Bets », y’a peu de chances que vous y reveniez… C’est malheureux à dire mais « Bad Day (In The Best Of Both World) » est un morceau assez raté, lourd et pataud. Et c’est vrai que cette première impression pourrait en rebuter plus d’un… Serait-ce donc la vérité que je cherche tant ? Non, parce que c’est là qu’ils font une erreur. Parce que le vrai intérêt de « Place Your Bets » intervient à peu près au milieu du morceau éponyme, deuxième piste de l’album. Au milieu de ce morceau, il se passe un truc totalement inexplicable et le heavy teinté de thrash totalement décomplexé des stéphanois fait mouche.

On pense tour à tour à IRON MAIDEN, ANTHRAX, MERCYFUL FATE (sur les chœurs aigus) ainsi qu’à JUDAS PRIEST et METALLICA, alors qu’on peut s’enfiler les morceaux à la chaine sans sourciller. Les riffs sont des purs produits du heavy métal anglais des années 80 (« Last Chance », « Unleash The Cross ») et globalement on a peine à croire qu’on est face à une nouveauté, tant tout à un coté nostalgique vraiment agréable et visiblement totalement assumé. Les guitares à l’unisson dès qu’on passe sur le riff principal, les soli à pleine vitesse sortis d’on ne sait où, les brefs duels de guitares ou les deux musiciens se répondent… Tous ces petits trucs issus de la New Wave Of British Heavy Metal sonnent ici comme un vrai hommage honnête et sincère à cette période alors que d’habitude ca fait plus cheap qu’autre chose. On mémorise immédiatement un morceau comme « Break Your Chains » et « Last Chance » ne serait pas hors sujet sur un best of de SAXON.

La rythmique basse/batterie, ou la basse joue souvent le rôle de seconde guitare rythmique et la batterie est encore une fois délicieusement kitsch, avec des breaks ultras prévisibles et des parties aussi convenues que le scénario d’une comédie romantique américaine sortie au mois de Novembre, ça ne choque pas non plus. Au contraire, ça transpire tellement l’honnêteté et la sincérité que ça en devient presque attachant. C’est avec ça qu’on se rend compte vraiment de la démarche du quintet de Saint-Etienne : faire un album de pote pour se faire plaisir. Du coup avec ce parti pris, même le chant qui a souvent tendance à partir dans tous les sens, en passant d’un registre très grave (limite growlé) à des vocalises supers aigues (façon King Diamond) n’est pas si illogique que ça. Se superposant parfaitement à l’ambiance et la teneur du riff, partant dans les extrêmes au bon moment, c’est finalement très bien dosé et bien qu’un poil kitschouille on prend beaucoup de plaisir à fredonner certains refrains (« Higher & Higher », « Unleash The Cross »).

Une fois le parti pris bière/pote/compilation années 80 de hardos accepté, on ne peut que se délecter des perles que renferme l’album. Des morceaux comme « Last Chance », « Break Your Chains », « From Past To Dust » ou « Unleash The Cross » risquent de s’imposer comme des petites tueries sur scène où ils seront exploités à leur plein potentiel. Si la fin de « Higher & Higher » est une indication de l’ambiance, on en sera quittes pour un très bon moment.

Malgré tout ça, « Place Your Bets » souffre aussi de ses défauts, et certains titres sont au-delà du médiocre  (« Bad Day » et « Inner Jail », sauvée par son solo) et il s’installe au final un sentiment de manque. Comme si malgré la qualité des morceaux on avait assez rapidement fait le tour de l’album et que l’on sentait que le groupe a encore énormément de travail à accomplir. Il souffre aussi de son trop grand nombre d’influences trop marquées qui nous font parfois plus jouer au jeu des 7 différences qu’écouter sincèrement l’album.

En conclusion, « Place Your Bets » est un album solide, qui ravira les fans de heavy metal très typé années 80 (la production a été faite en 1983, c’est pas possible autrement). Il contient son lot de bonnes surprises, et est très recommandable. Mais l’univers musical un peu trop éparpillé et quelques longueurs un peu agaçantes font de ce « Place Your Bets » un second effort juste bon, là où il pourrait être excellent. Comme quoi il ne faut vraiment pas juger un album sur le 1er morceau… Un groupe à suivre, c’est une certitude.

17 octobre 2013 Articles BLOG Webzine , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *